C... comme chez L...

07 février 2012

L'insolente de Stannage Park, de Julia Quinn

l-insolente-de-stannage-park-225608-250-400Ed° J'ai lu

Coll° Aventures et Passage

378 pages

 

       


      Une fois n'est pas coutume, c'est le rendez-vous de cette coquine de Stephie qui me conduit sur la toile. Et oui, aujour'd'hui c'est le premier mardi du mois et c'est permis!!!

le mardi c'est permis

Rapidement et sans trop en dire...

      Dunford vit dans la bonne société londonienne du début du XIXème siècle ( nous sommes en 1816, pour tout vous dire et certaines diront que c'est normal, mais important...). Dunford, donc, est élégant, chic et bel homme. Séducteur invétéré, il n'a pas encore trouvé l'amour alors que ses amis les plus chers convolent en justes noces avec des femmes qui les rendent fous d'amour. Et puis, un jour, Dunford apprend qu'il hérite, d'un très lointain cousin, d'un domaine situé ... en Cornouailles, autrement dit, à l'autre bout du monde!!

     Il décide toutefois de se rendre sur place pour découvrir de quoi il retourne. Sur place, il fait la connaissance de Henriette plus souvent appelée Henry qui administre le domaine d'une main de maître vêtue de pantalons et autres chemises des plus masculines. Or, Henry n'a aucune envie de voir débarqué le belâtre en son domaine et encore moins de le lui laisser...aussi séduisant fut-il. Ainsi, empestant le fumier et sans aucune convenance, dont elle se moque éperdument, Henry va tenter d'éprouver le jeune homme et de s'en débarraser au plus vite... évidemment, tout ne va pas se dérouler comme prévu...

 

Impressions...

      Alors, voilà une vraie romance !!!! Je ne sais plus trop pour quelles raisons je me la suis procurée...sans doute évoquée par ci, conseillée par là...mais le nom de l'auteur me disait bien quelquechose et après avoir essayé les " passions intense", je me devais de découvrir les "aventures et passions"

      Une vraie romance, je disais avec tout ce qui va avec...un bel homme, une belle jeune fille un peu "sauvageonne" mais terriblement séduisante, la société londonienne, de grands espaces aussi et puis, et puis des stratagèmes, des déceptions, des espoirs...de l'amour!!!

      Tout y est certainement prévisible...même moi j'ai tout vu venir mais je me suis régalée. C'est plutôt bien écrit, enlevé, on ne s'ennuie pas une seconde et le retournement de situation finale ( que j'avais également vu venir) m'a tenu en haleine jusqu'à la fin....En effet, comment tout ceci allait-il bien pouvoir finir....aurais-je le droit au happy-end tant espéré.....et bien, nous sommes dans la romance, ne l'oublions pas!!

      J'ai été, toutefois, quelque peu chagrinée par de légères répétitions dans les expressions ou certaines situations de doutes intenses - parfois risibles - des personnages mais elles furent largement gommées par le rythme alletant du récit et par les touches d'humour parfaitement parsemées tout au long du roman.

      Peu de scènes "hot", plutôt de belles allusions sensuelles, on attend, on s'impatiente, on s'insurge face à ces deux tourtereaux tremblants de désir, pour obtenir finalement quelques petits moments un peu plus...sexuels, toujours torrides...mais sages malgré tout!

     Je suis faible, je suis "fleur-bleue", je suis une fille et j'aime ces histoires. Moi aussi je veux être belle et élégante, espiègle et inclassable mais toujours imparfaite puisque c'est cela qui fait mon charme....en tout cas c'est ce que j'ai compris et c'est ce qui  séduit Dunford...pff, mince, il est déjà pris ;)


06 décembre 2011

Les Menottes et le radiateur, de Alexandra Lapierre

38954438_8394514Ed. Plon

95 pages

 

      

 

Face aux menaces de Stephie, je n'ai pu échapper au rendez-vous du "premier mardi c'est permis".

     Alors, je participe encore tardivement mais, je suis au rendez-vous, avec ce titre repéré chez Noukette. J'avais adoré le titre suggestif et surtout la couverture avec ces "fuck-me shoes" rouges....

 

 

Rapidement et sans trop en dire...

 

      Suzie écrit à son amie Valentine qui a quitté l'Italie où elles travaillaient ensemble pour retourner en France, à Nancy. Suzie trouve manque de son amie et se livre facilement à elle, notamment au sujet de ses amours.En effet, elle vit depuis deux ans, une relation particulière avec "l'Anglais" qui lui plaît beaucoup physiquement et qu'elle retrouve ponctuellement dans des hôtels soigneusement choisis. Oui, mais, Suzie en voudrait plus, elle aimerait que l''Anglais se livre, se dévoile...leur relation reste trop superficielle et sexuelle à son goût.

      Toutefois, Suzie joue les femmes désirables, et aime ne pas donner de nouvelles, annuler des rendez-vous pour suciter un peu plus de désir chez son partenaire.

      Aussi, décide-t-elle  laisser un peu  cette relation en attente et participe à un dîner "mondain" de célibataires. Au cours de ce dîner, elle fait la connaissance d'un certain Giovanni, ennuyeux au possible et surnommé "le Divorcé Excité", mais découvre surtout "l'Aventurier" qui raconte à l'assemblée l'une de ses histoires amoureuses dans laquelle il est question de menottes et de radiateur...

 

Impressions...

      Ce tout petit roman épistollaire se lit très bien et est très agréable.

      Le genre, tout d'abord, du récit par lettres, apporte naturellement de la légèreté et veut, évidemment, nous conduire sur les traces de Laclos, sans toutefois prétendre l'imiter, l'égaler ou même le concurrencer!!

      C'est, ensuite, un texte bien ficellé et qui parvient à garder le lecteur en haleine jusqu'au bout, jusqu'à la chute...que j'attendais sans savoir laquelle elle serait.

      Un court récit coquin et frais, sans grandes scènes érotiques mais avec des suggestions et des mises en scènes choisies qui parviennent à émoustiller...

      Un texte libertin, sensuel, coquin. Un texte réussi que j'ai aimé lire...mais plutôt sage !! ( trop ???)

18 novembre 2011

Mon Année, I. Printemps, de Taniguchi et Morvan

mon annee 1Ed. Dargaud

64 pages

 

 

 

Rapidement et sans trop en dire...

        Capucine fête ses 8 ans entourés des siens. Son papa et sa maman sont très attentifs et aimants, mais Capucine connaît des difficultés certaines à l'école notamment. En effet, elle est porteuse de la trisomie 21. Malgré la maladie, ses parents tiennent à ce qu'elle poursuive sa scolarité " normalement" mais ce n'est pas tout à fait l'avis de tous. Les épreuves sont difficiles pour cette famille qui espère toujours et qui, face à la maladie, ne sait pas toujours comment réagir, cherchant avant tout à faire progresser son enfant. Capucine, au milieu de tout ça, vit son enfance dans une atmosphère parfois tendue...


Impressions...

       Un très bel album sur la maladie, le handicap qui sont traités ici  à travers le regard naïf de l'enfant. Ce point de vue peut même, parfois, faire naître un sourire et apporte de la légèreté à un thème qui n'est pas évident.

      Mais, ici, rien n'est larmoyant, c'est la vie qui est traitée et évoquée avec ces petits bonheurs et puis ces difficultés, ces embûches qui ne sont pas forcément celles auxquelles on s'attend le plus.

      L'album qui se concentre sur Capucine ne s'intéresse pas exclusivement à  ce personnage. Chaque élément de sa famille apparaît avec une vraie perosnnalité et tous font partie de l'histoire. A travers, l'enfan t et son handicap, l'auteur raconte les difficultés et la vie autour de la trisomie mais également la vie en général. Cette famille éprouve les mêmes problèmes que toute famille, Capucine est avant tout une enfant avec des désirs et des pensées d'enfant, ses parents sont avant tout des parents avant d'être des parents d'enfants handicapés, et ils sont aussi un couple, un homme et une femme.

      C'est vraimetn cette alternance entre le traitement intellignet du thème du handicap et la narration d'une vie de famille " ordinaire" qui m'a séduite ici, en plus du regard de Capucine, plus qu'attachant

      Je lirai donc la suite, très volontiers!

Posté par lancellau à 06:05 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 novembre 2011

Chronique d'une mort annoncée

 

Un titre de livre en ouverture mais pas de billet lecture...

 

      Non...juste un peu de blabla pour informer les quelques lecteurs qui passent encore par ici que je suis en panne de lecture ( ohhh ! révélations  !) depuis un petit moment et que j'ai beau y faire...rien n'y fait.

      Je pensais la crise passée après l'été mais le boulot, ma vie - et m'a façon de la gérer, surout !! - m'empêchent de me consacrer suffisamment à la lecture. De plus, depuis, septembre, j'ai commencé Petits suicides entre amis ( 250 pages environs, vous voyez le pavé!!), prêté il y a au moins 2 ans par une collègue.

      Et là...c'est le drame!!! En effet, le bouquin me plaît plutôt mais j'ai du mal à avancer et puis passée la page 50, je commence à m'ennuyer, mais je n'aime pas abandonner, et puis, je n'ai pas beaucoup de temps, et puis je fais traîner et puis je n'ouvre pas un livre pendant plusieurs semaines (au moins 3!!! OOOOOUUUUHHH c'est pas bien!!).

      Alors, je me décide à sauter des lignes, des pages, à lire en diagonale, parce que je veux quand même connaître la fin. Mais, même comme ça, ça me paraît difficile, je ne reviens que très peu.

 


     Ceci est  une plate explication de ma démission bloguesque du moment. Pourtant, j'ai quelques livres lus non chroniqués et dont je souhaiterais vous parler. Oui, oui, ils sont là sur l'étagère, en haut...un emplacement uniquement consacré aux ouvrages attendant d'être chroniqués.....

      La plupart s'y trouve depuis les mois de juillet-août !!! Je ne comprends pas, je parviens pas à m'y remettre! Ce sont des livres que j'ai appréciés pour la plupart et dont j'ai envie de vous parler, mais je suis faible et feignante, sans motivation et rigueur....je ne chronique pas, je ne lis pas.

 

      C'est pourquoi, je vais faire tout mon possible pour écrire les billets concernant ces ouvrages en attente et puis, ensuite, je pense que je tirerai ma révérence...modeste...la révérence!!


      Ce blog fut un vrai régal, j'y ai trouvé ce que je cherchais au départ, c'est-à-dire un lieu pour garder une trace de mes lectures - serais-je fétichiste??- et j'y ai découvert bien plus:

* le plaisir de parler lecture, d'échanger avec d'autres lecteurs,

* la richesse d'autres blogs où j'ai pioché des tonnes d'idées lecture, parfois à ne plus savoir où les noter et à être constamment débordée

* la joie de rencontrer des personnes attachantes, drôles et vraiment sympathiques avec lesquelles j'aimerais, bien sûr, malgré tout, rester en contact et continuer à partager des cocktails!!  - hein, les filles???

* ....

 

         Alors voilà, ça n'est pas encore tout à fait fini, mais presque et ce sera certainement mieux ainsi, je ne parviens pas à faire de ce blog ce que j'aurais voulu. Je suis frustrée et je culpabilise!

      Je continuerai à venir lire les blogs que j'affectionnent pour y laisser des petits mots de temps à autre....Je manque simplement de temps et surtout de rigueur et de régularité...C'est dommage, j'aimais bien...Tchao !!


 *************

 

Livres à chroniquer ( à venir sur ce blog???)

 

Azilis, tomes 2 et 3, de Véronique Guinot

Les Déferlantes, de Claudie Gallay

Les amours de Laura Quick, de Isabel Wolf

Le Chant des orques, de Anne Babendererdre

L'Histoire d'un mariage, de Andrew Sean Greer

Pour vous, de Dominque Mainard

Délirium, de Lauren Oliver

Lydie, de Jordi Lafebre et Zidrou

Rossignol, de Benjamin Lacombe et Sebatien Perez

 

Mes grosses envies du moment ( parmi d'autres...) qui attendent sur ma PAL:

 

Des Vies d'oiseaux de Véronique Ovaldé

Sans forme, de Gail Garriger

Les Larmes de l'assassin, de Thierry Murat

La Délicatesse, de David Foenkinos

Monsieur Madone, de Maîté Bernard,

Sukkwan island, de Adavid Vann

...

 

Posté par lancellau à 18:18 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

25 octobre 2011

Elinor Jones, Tome 2 Le Bal de printemps, de Algésiras et Aurore

imagesEd. Soleil

Coll°. Blackberry

48 pages

 


      Il y a plus d'un an j'avais découvert avec beaucoup de plaisir le 1er Tome de cette série (mon billet ici). C'est avec joie que j'ai donc entamer la lecture du 2ème opus...

 

Rapidement et sans trop en dire...

      La nouvelle saison qui s'annonce met la maison Tiffany en effervescence. La jeune et riche héritière, Bianca, a choisi le thème de la mythlogie pour illustrer le bal de printemps. Mais Miss Bianca est toujours aussi capricieuse et ne supporte pas d'être contrariée...les tensions sont palpables et Elinor ne cesse de s'inquiéter et de saffairer à la tache sans se ménager, elle semble de plus en plus faible...

 

 

Impressions...

 

       Un album toujours aussi ravissant et élégant, toujours très "girly", plein de froufrous et de tissus soyeux....bref, un album pour les filles qui rêvent toujours de devenir une princesse!!

      Toutefois, la scénario ne m'a pas semblé beaucoup avancé dans second volume! J'attendais davantage de "révélations" face aux pistes lancées dans le 1er tome. Ces pistes sont toujours là, les secrets et non-dits aussi mais l'ensemble ne progresse pas vraiment, c'est dommage.

      Si l'action n'est pas particulièrement travaillée ici, de nouveaux personnages et des lieux inédits font leur apparition. En effet, Elinor découvre le village et quelques'uns de ses habitants ce qui permet de découvrir une orientation nouvelle et éventuelle à la grande maison Tiffany.

      Les personnages évoluent en dehors du domaine de Dawnhall, mais à la fin de l'album, la lourde grill se ferme sur Elinor, restée à l'intérieur et  qui déclare, comme en annonce au prochain opus: " j'ai le pressentiment que je suis encore ici pour longtemps".

    Du côté des personnages, c'est l'ami d'Abel - le frère de Bianca - qui apparait et fait quelque peu évoluer les relations entre certains protagonistes et nous laisse croire à un rôle plus important le concernant dans le volume à venir. Chao, domestique de la maison, prend lui aussi plus de place, mais toujours de façon énigmatique et très discrète. Toutes les clés ne sont pas livrées...ou alors je ne sais pas les lire!

      Enfin, Elinor est toujours aussi travailleuse et douée. Sa fragilité s'intensifie et devient le sujet des conversations. Son anorexie est de plus en plus claire mais, bien qu'elle s'affirme ou s'oppose parfois, elle reste un peu trop lisse, nous n'apprenons rien à son sujet...

 

      En bref, un deuxième tome très plaisant et agréable qui se lit sans ennui mais qui évolue trop peu à mon goût. J'attendais davantage. Peut-être que le troisième sera particulièrement riche, dans le cas inverse la série prometteuse serait décevante!!

 

Posté par lancellau à 06:02 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


22 octobre 2011

Quartier lointain, de Jirô Taniguchi

quartier lointain406 pages

Ed. Casterman

Adaptation de Frédéric Boilet

 

 

      Voilà bien longtemps que je voulais découvrir l'univers du manga et lire cet auteur, alors lorsqu'il m'a fallu choisir, une spécialiste-collègue-amie m'a immédiatement conseillé celui-ci que je me suis procuré en version intégrale...et bien oui, on ne se refuse rien!

 

Rapidement et sans trop en dire

       Hiroshi, 48 ans,  est père de famille, il travaille beaucoup et en oublie sa famille. Alors qu'il s'apprête à regagner son foyer avec une énorme gueule de bois, il s'aperçoit qu'il n'est pas dans le bon train. Etrangement, il se retrouve dans un train qui le conduit tout droit vers Kurayashi, la ville de son enfance. Là, il décide d'aller se recueillir quelques instants sur la tombe de sa mère, décédée à l'âge de 48 ans, un an après le mariage de son fils.

      Au cimetière, un phénomène étrange se produit, un souffle se manifeste, Hiroshi perd connaissance et lorsqu'il se réveille il a pris l'apparence des ses 14 ans. Il va découvrir que la ville qui l'entoure, ses habitants, sont eux aussi revenus au temps de sa jeunesse.

      Hiroshi cherche alors à retourner près des siens, espérant ainsi, peut-être, bouleverser son destin et transformer certains événements passés...

 

Impressions...

      Quel régal et quel univers!!! Je m'y attendais et je n'ai pas été déçue!

      Le retour en arrière opéré ici par des moyens fantastiques, plonge le lecteur dans un univers empreint de nostalgie. Nous retournons, nous aussi, en enfance.

      Mais ce retour dans le passé n'est pas seulement nostalgique, il interroge aussi notre place dans notre vie, il interroge nos décisions, nos choix.

      Pendant tout le récit, le personnage cherche, d'une part, à revivre l'insousciance de sa jeunesse et, de l'autre, à modifier le cours de son destin du haut de ses 48 ans dans un corps de 14.  L'histoire est touchante et parlera, sans doute, à beaucoup de lecteurs.

      Le style, les planches, les dessins sont très occidentaux et ainsi accessibles à tous (même aux réfractaires au manga!). L'utilisation du noir et blanc de façon quasi exclusive - seule les premières plaches sont colorées - colle parfaitement aux thèmes du souvenir, du passé ou encore à la poésie et à la finesse qui s'expriment ici! Le trait fin et le découpage des vignettes sont sublimes. Tout est fluide, limpide : le dessins, le récit...c'est magnifique!

      Souvent qualifié - à très juste titre - de "chef d'oeuvre", ce récit a reçu de nombreux prix et a été adapté au cinéma et au théâtre ( adaptations que je n'ai pas vues)... tous les qualificatifs louant cet album que vous pourrez entendre seront forcément vrais et justifiés!

     Un très bel album, donc, qui fait obligatoirement écho et qui nous pousse à rêver et à réfléchir...

quart lt

 

Posté par lancellau à 15:56 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

14 octobre 2011

Un temps fou, de Laurence Tardieu

un-temps-fouEd. Le Livre de Poche

219 pages

 

 

 

Rapidement et sans trop en dire....

       Une nuit, Maud reçoit un coup de téléphone. Une voix...et tout de suite, elle le reconnaît. Pourtant cela fait six ans qu'elle n'a pas reçu de ses nouvelles, six ans qu'elle a rencontré cet homme pendant une nuit au cours de laquelle l'attirance physique, l'alchimie furent intenses, sans que rien ne se passe vraiment. Avec cet appel inattendu, ces six années sans nouvelles disparaissent, mais Maud est mariée et sa vie s'est construite sans cet homme...

 

Impressions...

      Je vais être honnête: j'ai lu ce livre il y a quelques semaines...je me souviens avoir aimé, trouvé l'écriture belle et soyeuse, je me rappelle aussi que l'histoire était émouvante, mais le contenu précis du livre m'échappe aujourd'hui!!!

      Ce "trou de mémoire", cet oubli sont révélateurs, mais je trouve cela trop simple. Comme je l'ai dit, le souvenir est très vague mais il me reste de jolies sensations et je suis surprise.

      Il est vrai que, parfois, le récit m'a semblé un peu longuet ou monotone. J'étais un peu dans un état de latence, mais jamais je n'ai pensé abandonner, bercée par la plume douce de Florence Tardieu. Alors pourquoi???

      Peut-être que cette histoire de passion m'a beaucoup parlé, a fait écho en moi mais ne s'est pas révélée suffisamment "passionnante". En effet, la passion ne transparaît pas véritablement et pourtant il n'est question que de cela...c'est étrange, mais beau, intime, tout en introspection.

      J'irai lire d'autres titres de cet auteur, pour retrouver cette belle plume et vérifier que mon ressenti sur le long terme pour ce livre n'est qu'un accident ou une erreur de ma part

 

Posté par lancellau à 06:06 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 octobre 2011

Le Chaos en marche, Livre 3 La Guerre du Bruit, de Patrick Ness

la-guerre-du-bruit509 pages

Ed. Gallimard Jeunesse

 

 

 

      Emballée par  La Voix du couteau ( Livre 1 ) et Le Cercle et la Flêche (Livre 2), j'attendais avec une grande impatience ce dernier volume: comment tout cela allait-il pouvoir finir? Patrick Ness tiendrait-il toutes ses promesses? Ne serais-je pas déçue? Réponse aujourd'hui!!!

 

 

Rapidement et sans trop en dire...

*ATTENTION SPOILERS LIVRES I ET II *

       La guerre est maintenant inévitable et cette certitude réjouit le Maire qui attend la confrontation entre les hommes et les spackles avec une excitation effrayante. La seule solution qui semble alors s'offrir à Viola et Todd est d'accepter une alliance ponctuelle avec ceux qu'ils ont précédemment combattus. Ainsi, Todd se voit contraint d'accompagner, de supporter celui qu'il méprise, le Maire. Viola, quant à elle, doit rejoindre Maîtresse Coyle et tenter de lui faire confiance alors qu'un vaisseau d'éclaireurs doit attérir, dernier espoir de sauver Nouveau Monde, dernièr paix.

      Et puis, une troisième voix apparaît, celle du Retour, ce Spackle que Todd a épargné mais qui le hait et ne pense qu'à se venger. Les Spackles ont donc, eux aussi, un Bruit et sous la direction du Ciel, ils s'abattent, déferlent sur la terre qu'ils veulent maintenant reprendre. Le feu, le bruit, le sang, c'est le Chaos: trois camps s'opposent et s'apprêtent à s'entretuer...

 

Impressions...

        Lu cet été, ce dernier opus m'a encore complètement conquise. Cette série est tout simplement une des meilleures - sinon LA meilleure - que j'aie pu lire!!!

      D'une grande intensité, ce volume ne déçoit pas et l'histoire est toujours aussi passionnante. Les personnages Todd, Viola mais aussi Le Maire ou encore Maîtresse Coyle évoluent encore. Leur psychologie, leur caractère gagnent encore en puissance. Des personnages, plus secondaires, se révèlent, prennent de la place et s'enrichissent.

      La richesse est vraiment une des caractéristiques de ce récit. Dans un monde en guerre, l'horreur est omniprésente et progressive mais rien n'est déjà tranché, ni tout noir, ni tout blanc. Les questionnements de Todd sont toujours au centre  de l'action. Les réflexions sont existentielles, philosophiques mais aucunement hermétiques, c'est passionnant et haletant.

      La place du spackle, l'apparition du "Ciel" donnent une dimension presque plus spirituelle au récit, plus onirique ou fantastique, mais l'action est toujours solidement présente avec ses rebondissements incessants, c'est violent et fort.

      Les thèmes de l'amour, de l'amitié, de l'intégrité, les relations humaines restent essentiels et sont développés dans tout le volume qui alterne et mêle alors violence et beauté avec une sorte de spiritualité impressionnante.

      C'est parfaitement réussi, j'ai pleuré à la fin - et c'est rare!! je m'arrête souvent avant que les larmes ne viennent !!! - l'écriture a conservé son style, sa force et son originalité avec ces rugueurs, ces imperfections - celles de Todd -  qui jamais ne gênent.

      Bref, je pourrais continuer ainsi, être plus précise, plus détaillée aussi, mais, malgré les semaines qui me séparent de cette lecture, à l'écriture de ce billet je suis encore toute émue, époustouflée, sous le charme...

      Un dernier mot pour évoquer cet opus et la série toute entière: GENIAL !!!

 

04 octobre 2011

Sept Nuits d'amour, de Evangéline Collins

9782290034705308 pages

Ed. J'ai lu

Coll° "PAssion intense"

 

      Oui, je sais...il est un peu tard pour un rendez-vous, mais un tel que celui-ci peut parfaitement s'adapter à cette heure tardive, où l'on se réfugie sous la couette. Et, puis, de toute façon...le mardi c'est permis !! grâce à Stephie ;)

 le mardi c'est permis

Rapidement et sans trop en dire....

      Londres , 1819. James est mal marié. Sa femme ne l'apprécie guère et le lui fait bien sentir en l'humiliant, en le cocufiant ouvertement et en lui interdisant sa couche. Mais James est droit et veut surtout protéger sa jeune soeur en lui assurant un mariage intéressant et agréable au sein de la bonne socièté anglaise. Alors, il supporte, mais la solitude s'intensifie et James doit reconnaître qu'il a besoin d'assouvir certains désirs. Il décide donc de pousser la porte du bordel de la Rubicon qui lui propose les services de la belle Rose. Rose n'est pas une prostituée ordinaire puisqu'elle ne travaille qu'une seule semaine par mois afin de résorber les dettes que lui ont laissées sont défunt père et son frère dépensier insoucient.  Dès leur première rencontre James et Rose perçoivent que l'autre n'est pas un client ou une prostituée ordinaire. Leur première nuit sera d'ailleurs bien chaste. Mais le lendemain James, qui s'était promis le contraire, retourne chez la Rubicon...

 

Impressions...

      Voici un livre conseillé précieusement par Stephie et Fashion, lors d'une soirée arrosée de cocktails. Tant conseillé que nous nous sommes précipitées pour aller l'acheter au Monop' le plus près, et je dois avouer que j'ai bien fait!!

      En effet, bien que ce volume ne présente rien de bien original, il est tout à fait à la hauteur de mes espérances! Un récit plein de romance, avec de l'amour et une belle histoire qui finit bien, et, bien sûr, avec de vraies scènes érotiques qui ne peuvent vous laisser de marbre!!! L'intensité des scènes est progressive et la jeune Rose sait s'y prendre avec son bel amant viril. C'est même Rose qui se montre parfois la plus entreprenante afin de procurer le plus torride plaisir à son partenaire. Les scènes érotiques sont vraiment réussies, donc, et, à mon sens, plutôt détaillées et développées pour un ouvrage de ce genre, parfois crues, mais jamais vulgaires.

      Il est vrai que tout est cousu de fil blanc, que l'on sait dès le début que tout va aboutir à un happy end, que l'amour ne pourra que naître de cette relation entre un client et une prostituée, mais tout ceci  se lit avec plaisir et délectation - rien que ça !! - et l'ensemble est bien écrit, ce qui mérite d'être souligné, je n'ai jamais laisser échapper un rire devant une image ridicule ou un cliché descriptif !!

      Le Londres du XIXème et ses codes ne gâchent rien et satisfont encore la demoiselle que je suis!

    Par ailleurs, les deux protagonistes sont deux personnages charmants et attachants. Jamais l'un ne manque de respect à l'autre, le plaisir de l'autre est toujours une préoccupation (quelle modernité!!) et puis il ne sont que dévouement envers leurs proches jusqu'à s'en oublier et se perdre eux-mêmes. Heureusement, ce dévouement extrême finira par les mener l'un à l'autre!!

     En bref, une vraie lecture détente et plaisir qui a su susciter tous les émois attendus, je me suis régalée... Mon deuxième "Passion intense"...je crois que je vais devenir une adepte!

 

Je ne suis pas la seule à avoir savourer ces pages...d'autres coquines y sont passées avant moi : Noukette, Sara,

 

28 septembre 2011

L'Invité, de Roald Dahl

l'inviteEd. Folio

96 pages

 

Arrivé dans ma PAL grâce au Swap Happy Face (juin 2010 !!) et envoyé par Yo, j'ai lu ce tout petit récit du célèbre Roald Dahl cet été...

 

 

Rapidement et sans trop en dire...

       Le narrateur reçoit une grosse caisse en bois livrée par les messageries du chemin de fer. Cette caisse mystérieuse contient 28 livres de 300 pages chacun envoyé par l'oncle Cornélius, célèbre mais énigmatique personnage familial qui, toujours en voyage à travers le monde, ne donne que très rarement de ses nouvelles. Cornélius a joint une lettre qui s'adresse à son neveu qui n'est autre qu'un document testamentaire dans lequel il lui lègue tout ce qu'il possède, autrement dit, très peu sinon ces 28 volumes, sorte de journal de l'oncle, dont le narrateur nous livre ici l'un des épisodes appelé "L'Episode du Sinaï".

      Dans ces quelques pages Cornélius est en Egypte et après un voyage semé de péripéties, il est invité dans un magnifique et très surprenant château caché en plein désert. Là, il sympathise avec le propriétaire mais s'intéresse surtout, fidèle à sa réputation, à la femme et la fille de son hôte...

 

Impressions:

      Voici un tout petit récit très efficace et très agréable. Le texte est percutant et truffé d'ironie ou d'humour noir!!

      Le personnage de Cornélius se veut très romanesque dès le début: l'arrivée du colis, sa réputation de voyageur et de coureur de jupons, son côté dandy et précieux, ses manies et son obsession pour l'hygiène en font un personnage haut en couleurs et digne d'une grande saga.

      Mais, en quelques pages, l'auteur parvient à nous livrer cette histoire qui tient tout aussi bien du conte, de la légende, du journal intime que du roman d'aventures avec l'efficacité de la nouvelle.

      Le principe du récit enchâssé nous plonge, au début, dans la tradition des récits classiques et confère un côté réaliste à cette histoire d'un personnage hautement romanesque.  Puis, le mélange des ambiances, le caractère extrême et souvent drôle de Cornélius et enfin la chute finale  font de ce court roman un texte tout à fait "à part",  frais et étonnant.

      En bref, un petit texte drôle, fin et savoureux qui confirme tout le talent de cet auteur que je ne connaissais que pour ces oeuvres jeunesse.

 

Merci Yo pour cette découverte!!

Posté par lancellau à 06:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,