quartier lointain406 pages

Ed. Casterman

Adaptation de Frédéric Boilet

 

 

      Voilà bien longtemps que je voulais découvrir l'univers du manga et lire cet auteur, alors lorsqu'il m'a fallu choisir, une spécialiste-collègue-amie m'a immédiatement conseillé celui-ci que je me suis procuré en version intégrale...et bien oui, on ne se refuse rien!

 

Rapidement et sans trop en dire

       Hiroshi, 48 ans,  est père de famille, il travaille beaucoup et en oublie sa famille. Alors qu'il s'apprête à regagner son foyer avec une énorme gueule de bois, il s'aperçoit qu'il n'est pas dans le bon train. Etrangement, il se retrouve dans un train qui le conduit tout droit vers Kurayashi, la ville de son enfance. Là, il décide d'aller se recueillir quelques instants sur la tombe de sa mère, décédée à l'âge de 48 ans, un an après le mariage de son fils.

      Au cimetière, un phénomène étrange se produit, un souffle se manifeste, Hiroshi perd connaissance et lorsqu'il se réveille il a pris l'apparence des ses 14 ans. Il va découvrir que la ville qui l'entoure, ses habitants, sont eux aussi revenus au temps de sa jeunesse.

      Hiroshi cherche alors à retourner près des siens, espérant ainsi, peut-être, bouleverser son destin et transformer certains événements passés...

 

Impressions...

      Quel régal et quel univers!!! Je m'y attendais et je n'ai pas été déçue!

      Le retour en arrière opéré ici par des moyens fantastiques, plonge le lecteur dans un univers empreint de nostalgie. Nous retournons, nous aussi, en enfance.

      Mais ce retour dans le passé n'est pas seulement nostalgique, il interroge aussi notre place dans notre vie, il interroge nos décisions, nos choix.

      Pendant tout le récit, le personnage cherche, d'une part, à revivre l'insousciance de sa jeunesse et, de l'autre, à modifier le cours de son destin du haut de ses 48 ans dans un corps de 14.  L'histoire est touchante et parlera, sans doute, à beaucoup de lecteurs.

      Le style, les planches, les dessins sont très occidentaux et ainsi accessibles à tous (même aux réfractaires au manga!). L'utilisation du noir et blanc de façon quasi exclusive - seule les premières plaches sont colorées - colle parfaitement aux thèmes du souvenir, du passé ou encore à la poésie et à la finesse qui s'expriment ici! Le trait fin et le découpage des vignettes sont sublimes. Tout est fluide, limpide : le dessins, le récit...c'est magnifique!

      Souvent qualifié - à très juste titre - de "chef d'oeuvre", ce récit a reçu de nombreux prix et a été adapté au cinéma et au théâtre ( adaptations que je n'ai pas vues)... tous les qualificatifs louant cet album que vous pourrez entendre seront forcément vrais et justifiés!

     Un très bel album, donc, qui fait obligatoirement écho et qui nous pousse à rêver et à réfléchir...

quart lt